Bruno Teboul, Senior Vice President de Keyus, Enseignant et doctorant à l’université Paris-Dauphine.

« Combattre ensemble le populisme, le nationalisme et l’ultra-libéralisme»

@brunoteboul

 Je suis actuellement Senior Vice-Président du groupe Keyrus, Membre de la gouvernance de la Chaire Data Scientist de l’Ecole polytechnique, Enseignant et Doctorant à l’Université Paris-Dauphine.

J’ai effectué toute ma carrière au sein de grands groupes à des fonctions de Direction Marketing et Digital et comme entrepreneur du web. Durant ces 20 années, je me suis toujours intéressé aux enjeux de la transformation numérique et aux impacts sociétaux des technologies sur le monde de l’entreprise et du travail. Depuis 2013, je travaille pour un groupe leader dans le domaine du conseil en traitement et valorisation des données et je conseille les grandes organisations sur leur stratégie de transformation numérique (afin de faire face aux défis de l’uberisation, de l’automatisation…). Le tout, en veillant aux questions d’éducation, de formation continue dans le respect des valeurs liées à l’environnement, la diversité, la parité, la solidarité, la fraternité, les libertés, l’équité qui me sont chères et qui sont celles d’une gauche moderne et progressiste dans laquelle je me reconnais.

J’ai décidé de rejoindre la Belle Alliance Populaire, car cette initiative vise à fédérer les pluralités et les forces modernes de gauche avec la société civile. Elle actualise et incarne aussi pour moi la pensée de Jaurès reprise par Blum lors de son intervention au Congrès en 1919: « Lorsque nous nous sentons parfois enfermés dans les divisions, dans les dissensions, dans les intrigues, nous n’avons qu’une chose à faire, monter plus haut : nous devons regarder plus haut ; nous devons regarder le but et, alors, nous verrons que nous sommes profondément d’accord »*. En effet, c’est tous ensemble, que nous pourrons combattre le populisme, le nationalisme, l’ultra-libéralisme et construire une société plus juste, solidaire, sociale, humaine. Nous devons accompagner la mutation numérique de nos concitoyens, qui est le plus grand défi auquel nous sommes confrontés et refonder une société républicaine, démocratique, écologique basée sur une économie du partage, de la contribution et « basculer dans le temps et l’espace des communs ».

*Intervention au congrès extraordinaire d’avril 1919, dans L’Oeuvre de Léon Blum, tome III (1914-1928), Paris, Albin Michel, 1972, pp. 120-121.

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×